Eduservices entame un nouveau cycle

Le groupe d’enseignement supérieur privé, tutoyant les 100 M€ de revenus, quitte Duke Street après six ans pour Capzanine, en minoritaire.
 

Après un cursus de six ans avec Duke Street, Eduservices reconfigure son actionnariat autour du dirigeant, Philippe Grassaud, dont la holding familiale détient 52 % du capital, aux côtés du nouvel entrant Capzanine qui acquiert 45 %, le reste étant aux mains du management. Exit donc le fonds londonien qui avait orchestré le LBO de 2010 ayant permis la naissance du groupe d’enseignement supérieur issu de la fusion de la Compagnie de Formation Chézy
(CFC) et Forteam (voir cidessous).

Entretemps, l’équipe parisienne de Duke Street avait été dissoute à la suite d’un portefeuille sinistré en 2013 et ce sont les associés londoniens qui avaient hérité des 55 % de la participation française. « La transition s’est faite sans heurts, assure Philippe Grassaud, président d’Eduservices. Nous avions déjà pu financer toutes les opérations de croissance externe planifiées avec Duke Street et le passage de relais au sein du conseil d’administration s’est fait avec intelligence. »

Toujours est-il qu’au moment de trouver un remplaçant pour son actionnaire majoritaire sortant, le président d’Eduservices en a profité pour prendre le contrôle du capital de son groupe, et a confié le mandat de recherche d’un fonds minoritaire à Jean-Marc Dayan, qui n’est autre que l’ancien associé de Duke Street, ayant monté sa boutique M&A , baptisée D&A Partners.

eduservices_entame_un_nouveau_cycle_-_cfnews.pdf

Français